Tantara

LA GENÈSE DU RENOUVEAU CHARISMATIQUE AU SEIN DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE ET DANS LE MONDE

En janvier 1967, quatre professeurs catholiques de l’université Duquesne, à Pittsburgh (Pennsylvanie) participent à une rencontre de prière charismatique inter-dénominationnelle (Chapel Hill meeting), et deux d’entre eux reçoivent le baptême dans l’Esprit Saint quelques jours plus tard. En février, ils organisent une retraite sur le thème de « l’Esprit Saint » au cours de laquelle une vingtaine d’étudiants et de professeurs vivent une expérience d’effusion de l’Esprit Saint. Plus précisément le 17 Février 1967, ces jeunes universitaires et professeurs de l’université catholique de Duquesne récurent le baptême dans l’Esprit Saint. On peut dire que ce n’est pas une coïncidence ou le fruit du hasard, cette université est fondée par les spiritains et sa devise est : « C’est l’Esprit qui donne la vie ». Le phénomène va très vite se répandre dans les milieux étudiants catholiques notamment à l’Université Notre-Dame (Indiana), puis à l’université franciscaine de Steubenville (Ohio).

Le mouvement est accueilli plutôt favorablement par la hiérarchie catholique, intéressée par son dynamisme. Ainsi, le pape Paul VI ayant rappelé en 1973 que la « vie spirituelle des fidèles relève […] de la responsabilité pastorale active de chaque évêque dans son propre diocèse » accepte de recevoir un premier rassemblement des charismatiques en 1975 au cours d’une audience, demandant alors « comment le renouveau ne serait-il pas une chance pour l’Église et pour le monde ? ». D’autre part, le même Paul VI demande à un proche collaborateur, le cardinal Belge Joseph Suennens d’être le vis-à-vis entre l’Église catholique et cette mouvance encore difficile à cadrer.

Cinq ans plus tard, son successeur, Jean-Paul II, nomme prédicateur de la Maison pontificale une figure emblématique du Renouveau en Italie, le capucin Raniero Cantalamessa.

À la suite de cette expérience, des groupes de prière et des communautés commencèrent à essaimer dans l’Église catholique, aux États-Unis puis dans le reste du monde à l’instar de la naissance des communautés nouvelles : Chemin-Neuf (1973), Béatitudes (1973, à l’époque Communauté du Lion de Juda), Emmanuel (1976), Pain de Vie (1976), Réjouis-Toi (fondée en 1977 par Mgr Michel Santier, actuel évêque de Créteil), Puits de Jacob (1977), Verbe de Vie (1986)…

Le renouveau charismatique (catholique ou non, d’ailleurs) se caractérise par la tenue régulière (généralement hebdomadaire) d’assemblées de prières charismatiques. Celles-ci sont distinctes de la célébration liturgique, et, principalement pour cette raison, n’ont jamais lieu le dimanche.

À partir de 1973, une institution charismatique est mise sur pied, avec un organe de coordination mondial qui siège aujourd’hui à Rome, le Service international du renouveau charismatique catholique (ICCRS), doté de sous-comités continentaux.