Ministère de guérison

Comme nous regardons la mission de Jésus, du Fils de Dieu – nous constatons que la grande partie de sa vie apostolique comprenait des signes de guérison, de libération, de soulagement, de compassion… Ces signes confirmaient directement la véridicité de sa mission en tant que Fils de Dieu, envoyé du Père, Messie. Pour inspiration de notre apostolat dans le cadre de ce Ministère, nous trouvons des multiples textes très beaux. Mais en même temps, nous nous posons la question principale. Est-ce que nous les croyants du XXIème siècle, nous pouvons espérer les mêmes signes opérés par Jésus dans le passé ?

Le Saint Paul nous confirme que « Jésus Christ est le même hier et aujourd’hui, Il le sera à jamais » Hb 13, 8. Cela veut dire que nous les charismatiques, nous attendons des signes de guérison au Nom de Jésus parce que nous croyons avant tout qu’Il est VIVANT !

On trouve certains chrétiens dont la foi n’est pas complète qui veulent séparer la foi en Jésus qui vivait en Palestine, de la foi en Jésus aujourd’hui ! Cela veut dire que Jésus historique n’est pas Jésus eschatologique. Voilà le mensonge. La foi déroutée. Au contraire, le Mouvement charismatique veut se faire le porteur de la grande et joueuse nouvelle sur Jésus Christ – SAUVEUR et SEIGNEUR – VIVANT aujourd’hui, au temps des jours que nous vivons… Au nom de Jésus qui est Vivant – nous les charismatiques, nous osons demander Notre Seigneur les mêmes signes qu’il opérait à son temps ici sur la terre.

La foi de nombreux chrétiens est devenue morte ou sèche parce qu’ils ne croient plus que Dieu peut nous exaucer aujourd’hui, malgré notre foi limite ! Mais nous les charismatiques, au contraire, nous osons demander de tels signes parce que nous croyons que Dieu est tout puissant et pour toujours fidèle à ses paroles et promesses.

Bien sûr, pour oser s’entendre à des signes pareils, il faut faire l’effort d’être le « DISCIPLE » du Christ. Jésus a promis de tels signes à ses disciples. Donc ce Ministère nous interroge sur notre vraie identité en tant que disciples du Christ ! Est-ce que nous y sommes ? (Chanson « Hoy Kristy… »). Jésus confirme solennellement que si nous sommes fidèles à ses paroles, nous serons capables d’opérer des signes pareils et même plus grands… (Jn 14, 11-14).

Dans son Ministère de l’annonce du Royaume de Dieu, Jésus faisait beaucoup de signes de la puissance divine. Ses signes de multiples guérisons, de délivrances faisaient partie importante de son ministère. Elle confirmait la véridicité de sa mission en tant que Fils de Dieu et Messie. Dans son testament avant de monter au ciel, Il envoie ses Apôtres disant :

« Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création… Et voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom ils chasseront les démons, ils parleront en langues, … ils imposeront les mains aux infirmes et ceux-ci seront guéris… le Seigneur agissant avec eux et confirmant la Parole par les signes qui l’accompagnaient. » Marc 16,15-19.

Fortifiés par l’Esprit Saint, nous voudrions continuer la mission de Jésus suivant le dit-on : « SA VIE est Notre Vie, SA MISSION est Notre Mission ».

Pour cette raison, nous fondons un Ministère à part appelé MINISTERE de GUERISON. L’enseignement sur la pratique de ce Ministère est très large, donc progressivement nous allons partager ce qui correspond avec l’accomplissement de cet apostolat spécifique. À l’intérieur de ce Ministère nous trouvons beaucoup de sections, sortes de prière, de façons de faire.

Première distinction : Ce Ministère nous le pouvons diviser en deux grandes sections selon les cas de prières demandées :

  1. Prière de guérison simple :
    • intérieure
    • guérison physique
  1. Prière de délivrance

En tous cas, notre intercession vise à faire obtenir la sante complète de la personne, du corps et d’esprit. La prière de délivrance est une prière de guérison aussi. Pourquoi donc nous faisons cette distinction ? À cause des difficultés qu’on peut affronter en exerçant cette prière.

Une belle inspiration et aussi une bonne compréhension de ce Ministère nous tirons de la scène évangélique du paralysé.

Mc… Chaque prière de guérison vise avant tout le salut spirituel de la personne, de la faire emmener vers le Dieu Vivant et Sauveur. Notre idéal et but ultime par toute sorte de prière est de faire faciliter l’accueil de la grâce du salut, de la vie éternelle. C’est cette méthode et pédagogie que nous apprenons de Jésus qui faisait exerçait son Ministère de guérison.
A. « Mon fils tes pêchés sont pardonnés…» À la source d’une maladie peut être un pêché ou pêchés ! La personne humaine est un tout. On ne peut pas séparer le corps, l’esprit et la psyché. Nous sommes une unité mystérieuse ou l’état d’esprit peut influencer l’état du corps et de la psyché et vice versa. Pour cela, il faut être attentif quand nous faisons une enquête sur la personne et sa vie.

Jésus a fait soumettre la guérison corporelle à la guérison spirituelle, le salut du corps au salut d’âme. Oui, c’est la logique évangélique, la logique divine qui vise loin, très loin… veut dire vise l’éternité. Enquête sur la vie de la personne peut aller très loin. Progressivement nous allons apprendre comment chercher des raisons de la maladie, ou on trouve la racine du mal etc. Décision fondamentale avant de prier pour la personne, il faut l’encourager à se faire réconcilier avec Dieu, et aussi cela est important avec son milieu familial ou les autres. Ces paroles de Jésus nous font comprendre que le pêché peut causer une maladie. Logiquement si le Sacrement de Réconciliation nous fait pardonner nos pêchés, donc la CONFESSION est un Sacrement de GUERISON. C’est une grande vérité dans l’exercice de la prière de guérison en général et surtout dans la pratique de la prière de délivrance. L’expérience de la retraite kérygmatique avant l’Effusion prouve combien des personnes se sentaient libérées et guéries après avoir accompli une bonne confession générale de toute sa vie. Parce que c’est la réconciliation avec Dieu qui est à la base de toute la guérison, en même temps la condition.

Le pardon des pêchés va vers deux directions. Première direction, c’est l’accueil du pardon de la part de Dieu. Mais une deuxième aussi très importante, c’est le pardon réciproque parmi les hommes. Donc un autre aspect qu’il ne faut pas oublier quand nous préparons une personne à la séance de prière de guérison en général. Le pardon à nos proches fait entrer la paix et la joie, délivre, fait régner l’amour avant tout et ouvre le canal de la guérison. On peut aller plus loin, pour le moment on arrête ici.
B. « Jésus voyant leur foi…» – très belle icône ou image de notre ministère. Nous faisons emmener les gens vers Dieu. Les gens privés d’espérance, de la foi, prisonniers de leurs pêchés, en toute sorte de paralysie spirituelle, en dépression… Ils sont en proie de leurs maladies et souvent le Démon joue avec eux. Dieu a besoin de nous pour retrouver ces gens-là et les faire renaître. Cette activité de faire emmener les gens vers la source de la vie nous rappelle le service de BON PASTEUR… Et c’est vrai – le charisme de Bon Pasteur c’est le charisme de se sentir responsable pour le salut de mon prochain… Donc ayant les yeux ouverts. Après Jésus qui adresse une louange à ce groupe de quatre amis qui ont emmené le malade. « Voyant leurs foi… » : La prière de guérison est tellement conditionnée par la FOI, notre foi, la foi de l’équipe qui intercède pour le malade. Aucune prière n’est en vain. Chaque prière fait avancer la guérison et le salut de la personne. Bien sûr, il y a des cas désespérés. Mais nous avons confiance que Dieu il sait mieux ce qui est bon et nécessaire pour la personne. Ayons la foi en BONTE de Dieu.

C. Un autre message de cette guérison opérée par Jésus est le suivant : nous devons travailler en équipe. Il m’arrive une réflexion assez étrange. Si nous regardons les quatre amis qui portaient le malade, les quatre étaient-ils nécessaires ? Pour que le malade soit porté en sécurité de chaque côté, il a fallu les quatre. Cela me fait rappeler les 4 points cardinaux. Une complémentarité.

a. Il apparaît premier principe très fondamental, nous les charismatiques qui appartiennent à la « FIOMBONANA », jamais nous travaillons seuls ! Cela veut dire qu’une séance classique de prière, soit de guérison soit de délivrance, exige la présence de plusieurs personnes, une équipe. Si quelqu’un veut faire une prière simple, disons d’accompagnement auprès d’un malade cela ne pose pas de problème. Nous parlons ici d’une séance de prière de guérison classique et avec les manières charismatiques. Selon les cas, prier tout seul pour une personne peut causer même le danger physique ou moral pour ceux qui prient et souvent le vrai discernement risque d’être mis en cause. N’oublions pas que l’orgueil spirituel est un vrai danger pour les personnes qui sont souvent les témoins oculaires des guérisons ! Donc la présence d’une autre personne à côté sert comme une protection et aussi comme une aide pour bien discerner la volonté du Seigneur, la maladie et le processus de guérison. À tout prix, nous voudrions éviter des critiques en nous faisant comparer à « Un douane… ». Pour cela notre manière de procéder doit être :

  1. La simplicité
  2. L’humilité
  3. Le calme

b. Ici nous nous rappelons de la Parole de Jésus : « Là où deux ou trois unis prient en mon Nom, là je suis parmi eux… . Un groupe, une communauté unie dans l’amour est une force exceptionnelle. Une telle communauté perçoit facilement la présence forte du Seigneur Lui-même au milieu d’eux qui rend la prière efficace.
c. Un autre principe c’est la complémentarité des grâces et des charismes. Cela veut dire que le travail en équipe renforce notre efficacité d’intercession. Comment je le comprends ? Tout simplement, nous devons comprendre que la prière de guérison peut prendre une allure d’un vrai combat spirituel ! Nous nous rappelons de la parole de St Paul : « Nous ne luttons pas contre… mais… ». Avant de procéder à une prière de guérison, il faut compléter notre équipe de « Guérisseurs ». Il s’agit de créer une équipe avec des charismes nécessaires et déjà confirmés. Les charismes qui sont demandés pour accomplir un tel service :

  1. L’amour de prière
  2. La glossolalie
  3. Le discernement
  4. Le charisme de texte
  5. Le charisme de délivrance
  6. Le charisme de guérison
  7. Le charisme de compassion
  8. Le charisme de connaissance
  9. Le charisme de prophétie
  10. Le charisme de foi etc.

 
D. Encore une fois de plus, méditons sur ce passage évangélique. Le malade a été présenté à Jésus par les personnes de bon esprit. Il est difficile d’imaginer que les personnes mauvaises ont emmené le malade ! Nous pouvons imaginer que le malade a été emmené de loin, et arrivé sur place ils ont dû affronter d’autres difficultés pour s’approcher de Jésus. Donc la question se pose sur la qualité morale et spirituelle des personnes qui seront engagées pour ce ministère. La qualité exigée de personnes est telle :

  1. Les personnes équilibrées… psychologiquement,
  2. Les personnes qui ont déjà une expérience de la vie spirituelle en général,
  3. Les personnes qui sont profondément engagées dans la vie de la prière personnelle prolongée chaque jour,
  4. Les personnes dont le comportement extérieur est correct et qui témoignent d’une stabilité de la conduite morale, la vie en état de grâce sanctifiante,
  5. Les personnes qui sont très ferventes dans la réception de sacrements (confession régulière, communion fréquente etc.),
  6. Les personnes qui sont aptes à garder le « secret professionnel » de la prière de guérison,
  7. Les personnes qui dans la vie quotidienne témoignent d’un amour fraternel sincère,
  8. Les personnes qui sont disponibles dans le cadre du temps à offrir pour l’intercession et sont prêts à supporter des sacrifices pour les malades (la fatigue, le jeune, la pauvreté des gens etc.),
  9. Les personnes qui possèdent au moins certains charismes mentionnés là-dessus.

 

Comme conclusion sur le choix des personnes pour accomplir le Ministère de guérison en général, je rappelle la règle fondamentale : « Même si une personne se présente comme prête à exercer le ministère de guérison, elle doit être mise à l’épreuve ». Le Berger avec le Groupe Pastoral fait appeler ou fait confirmer la personne pour exercer ce Ministère. Il ne suffit pas de se présenter. Nous tous acceptons ce principe avec l’humilité parce qu’il s’agit d’une chose très sérieuse qui reflète l’essentiel sur la vie et l’apostolat de notre Mouvement charismatique. Pour cela, je rappelle aux bergers d’être prudents et rigoureux.

 
E. Nous continuons notre réflexion sur la prière de guérison. Nous trouvons encore une lésion de l’exemple de ce passage de l’Evangile. Remarquons que la personne a été emmenée là où Jésus a été présent !!! Parlons alors de l’endroit où la prière peut se dérouler. Il est vrai que Dieu est partout. Il n’est pas limité ni par le temps ni par l’espace. Pourtant pour nous les chrétiens catholiques, la densité de la présence de Jésus, Fils de Dieu incarné, se trouve à l’Église où est présent le Très Saint Sacrement. La proximité du Saint Sacrement porte une bénédiction particulière pour notre service de guérison. Nous ne croyons en vain qu’il est VIVANT dans l’Eucharistie. C’est pour cela que j’insiste que la prière de guérison se déroule soit à la chapelle, soit dans une église paroissiale, soit à proximité de l’Église (salle de catéchèse etc.) Nous cherchons un contexte de « Sacrum » pour être mieux disposés à cette prière.

 

En même temps, la prière de guérison faite à la façon charismatique complète peut être mal comprise par les personnes de l’extérieur qui regardent et qui ne sont pas initiées. Voilà les conseils suivants :

  1. La prière doit se dérouler dans un endroit adapté et plutôt à la paroisse. Évitez de faire une telle prière dans une maison privée. Premièrement, il s’agit du respect pour la personne malade. Pendant la prière, la réaction de la personne malade peut être étrange ou même bizarre, c’est pour cela qu’il faut la protéger des regards curieux. Je rappelle que quoi qu’il en soit, le comportement de la personne, nous l’équipe, nous devons la respecter au fond comme la personne humaine et l’enfant de Dieu.
  1. L’endroit pour la prière doit être digne, propre, discret et décoré avec des symboles religieux qui aident à se concentrer durant la prière et qui nous rappelle la présence de Dieu parmi nous.
  1. Ce principe du choix d’un endroit discret doit être sévèrement respecté surtout durant la prière de délivrance (prochainement on partagera en plus les conseils liés à la prière de délivrance).

 

Préparation avant la prière de guérison :

1. Préparation du groupe en fonction: Au niveau de chaque groupe, de chaque diocèse et finalement au niveau national, nous devons bien organiser ce Ministère et bien le former. Un groupe de guérison doit être conscient de sa responsabilité et du poids moral d’un tel service. C’est un engagement de compassion et d’intercession.

a. Il existe une préparation à long terme pour le groupe engagé. On parle de la prière quotidienne d’intercession pour tous malades, mais surtout pour ceux que la Providence va guider chez nos groupes de guérison. Chaque membre du groupe de guérison va consacrer un temps nécessaire tous les jours. Il est souhaitable que les membres de l’équipe se décident de jeûner au moins une fois par semaine.

  • Normalement on indique le jour fixe de la prière. Pour éviter les problèmes liés avec le travail, en familles ou autres, il est bien de fixer à l’avance le jour prévu pour la prière. Seulement dans les cas urgent, on peut accepter la prière imprévue.
  • Les membres de l’équipe veillent pour vivre en communion profonde avec Jésus pour être le canal transperçant de la grâce de guérison. S’il arrive un accident moral (un péché grave, une querelle forte etc.) pour un membre de l’équipe, alors qu’il se réconcilie avant de s’engager pour une séance de prière. Sinon, il va causer le blocage pour la prière et pourra être facilement la cible des forces mauvaises surtout durant la prière de délivrance. Attention. Ce n’est pas un jeu !

b. Préparation à court terme. C’est juste le jour de la prière pour les malades. Essayez de ne pas être trop dispersés dans l’esprit. La concentration aide beaucoup à se mettre « à l’écoute de l’Esprit… » et nous aide à garder la paix.

  • Venez un peu avant la séance de prière de guérison pour prier ensemble un temps voulu. La prière ensemble renforce les liens parmi nous. Comme ça, nous sommes un cœur, un esprit.
  • Avant la prière de guérison, on peut demander au Ministère d’intercession de vous soutenir. Durant la guérison, le Ministère d’intercession peut adorer le Saint Sacrement ou réciter le Rosaire.

 
2. Préparation de la personne qui demande la grâce de guérison.
 
a. Enquête sur la vie personnelle du malade et sur l’origine de la maladie. On ne se précipite pas. Nous suivons l’exemple de Jésus qui a demandé : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » (Lc 18, 41). Bien distinguez la demande du malade et de votre part le besoin spirituel du malade !!! Comme nous l’avons déjà dit là-dessus, que pour Jésus le salut de l’âme passe avant toute sorte de demande et de guérison !!! Le fruit de l’enquête peut être tel que le malade doit avant tout se préparer pour recevoir des sacrements de l’Église qui sont la source indéniable de la guérison !!! Notre intercession aide le malade à s’ouvrir aux grâces du sacrement (confession, eucharistie, sacrement de malades).

b. Enquête sur le milieu familial du malade. Beaucoup de maladies (surtout spirituelles) sont liées à la famille et son comportement moral, religieux ou négligences du culte du vrai Dieu. Avec le temps, l’équipe va gagner sa propre expérience dans l’exercice de ce Ministère. Il faut être très délicat avec l’interrogation !.
c. Demande du pardon. Avant de demander à Dieu une grâce, il faut s’humilier devant lui. Le malade doit accepter ses fautes et le besoin d’être purifié par Dieu.
d. Au fur et à mesure du possible, le malade doit participer activement à la prière de sa guérison.

Déroulement de la prière de guérison.

Il n’y a pas de déroulement magique ni de prière magique ni des gestes magiques !!! Nous ne disposons que de la foi vivante, de l’amour, de notre prière et notre persévérance. Certains gestes (par exemple l’imposition des mains) ou certains outils (l’eau bénite, sel bénit, croix, chapelet, des images saintes, des médailles etc.) ce sont des choses secondaires qui ne décident pas automatiquement de la réussite de la prière. Par aucun geste ou rite, nous réussissons à imposer à Dieu notre volonté. NON. Nous nous soumettons à la volonté de Dieu. En toute circonstances nous gardons ferme notre foi en l’AMOUR de Dieu même s’il n’opère pas subitement des guérisons désirées. Le geste de l’imposition des mains sur les épaules durant la prière sur les malades est normalement pratiqué. Ce geste symbolique et non sacramental, compris par le Mouvement comme geste de solidarité, de compassion et de communion, est pratiqué par tous les groupes charismatiques dans le monde entier au sein de l’Église universelle et reconnu par tant de Conférences Épiscopales dans le monde.

Comme ici à Madagascar, les gens simples font confondre la signification de ce geste. C’est pour cela que certains évêques sont un peu réservés vis-à-vis de ce geste. Selon chaque diocèse, nous nous soumettons au discernement fait par l’évêque du lieu de chaque diocèse à part. Nous nous limitons à un simple geste de toucher les épaules de la personne malade et c’est tout.

Là où ce geste est accepté, le groupe de guérison doit éviter à tout prix d’autres gestes qui peuvent nuire à la transparence de notre service. Donc éviter par exemple des massages durant la prière, l’enlèvement de cheveux, l’application d’huile privée (si dans un endroit l’usage d’huile bénite est permis par l’évêque donc cette pratique peut être faite seulement dans ce diocèse) ou autre geste spectaculaire. L’usage de l’eau bénite et du sel bénit est permis mais avec modération.

Pendant la prière, il faut garder le sang-froid, sans émotions excessives ou des gestes excessifs. La règle d’or de la catholicité est la MODERATION en toute chose et le vrai discernement des choses se trouve au MILIEU.

Nous pouvons vous proposer un déroulement de la prière de guérison, mais c’est votre devoir de se mettre à l’écoute de l’Esprit Saint qui est le GUIDE suprême de chaque prière.

PRIERE de GUERISON :

  1. Invocation de l’Esprit Saint,
  2. On se met en présence de Dieu parmi nous,
  3. Nous saluons et nous louons le Dieu Saint en trois Personnes,
  4. Nous faisons un acte de contrition pour nos péchés,
  5. Enquête directe sur la personne malade, son milieu etc. (voir au-dessus),
  6. Intercession simples des 2 ou 3 personnes, prière spontanée sur le malade,
  7. Invocation du Sang précieux de Jésus sur le malade ou une autre prière d’intercession,
  8. Imposition des mains et l’invocation du Nom sacré de Jésus… (on s’ouvre à la prière de glossolalie si l’Esprit nous inspire…),
  9. On attend le message des prophètes du groupe et on confirme ce message par la Parole de Dieu,
  10. Expliquez le message de la Parole et encouragez le malade qu’il persévère dans la prière et l’espérance,
  11. Remerciement et chant final.

 

Père Jacques Z. GRAD, SVD

Aumônier National des Charismatiques